Je suis né à paris le 21 janvier 1993, 200 ans après la mort de Louis XVI, jour pour jour !

J’y ai vécu jusqu’à mes 5 ans ; on avait beau m’emmener dans des musées, je préférais regarder le sol et les pieds des gens. C’est dans l’atelier de mon père que j’ai dessiné mes premiers bonhommes et construit mes premières cabanes. Trop malade à cause de la pollution citadine, nous sommes partis nous installer à la campagne dans le village de Fours, non loin de Blaye en Gironde. Côté scolarité rien d’anormal…

Jusqu’en 5e au collège, en cours de math, alors que j’avais terminé le devoir avec un peu d’avance, mon prof me dit :

« Etienne, tu peux prendre une feuille et dessiner »

ce que je fis sans problèmes ! J’en ai même fait ma spécialité. Mes notes ont commencé à chuter et mes carnets de dessins à s’empiler. Non pas que je devenais mauvais à tout, mais au contraire  je focalisais mon attention sur un univers qui me correspondait plus.

Arrive la période lycée pendant laquelle je me suis complétement laissé vivre. Mes premiers buff de guitare, mes premiers amours, mes premiers joints et aussi mes premières B.D. J’obtiens mon BAC littéraire et décide d’aller à la fac de Bordeaux en japonais. Bien qu’admirateur de la culture nippone, je n’y trouve pas mon compte et décide de commencer une carrière dans la peinture et le dessin. J’ai conservé une partie de cette vie représentée par ma signature, signifiant « Etienne » en japonais.

J’avais en tête d’aller à l’école des beaux-arts de Bordeaux. J’ai eu la chance inouïe de rencontrer un des doyens, qui m’a plus appris en quelques heures, qu’en plusieurs années d’études. Ma vision de l’académie ayant changé, je décidai de me lancer en tant que peintre dans la figuration libre. Sans attendre l’approbation de qui que ce soit. J’avais quand même et heureusement le soutient de mes parents, ce qui m’a permis d’avancer sans trop douter de ce dans quoi je m’aventurais.

Je me nourris encore beaucoup de dessins animés, de B.D. que ce soit des comics ou des mangas qui ont été et restent mes premières sources d’inspiration. Dans le désordre, Marcel Gotlib, Robert Crumb, Gilbert Shelton, Hayao Miyazaki, South Park, Les Simpsons, Futurama…

Niveau musical, je joue de la basse et de la guitare. Je n’ai pas vraiment de spécialité, j’aime beaucoup de styles différents, rock classique ou alternatif, rap, blues, musique pop et traditionnelle quel que soit son origine. Les peintres, notamment ceux de la figuration libre, ont guidé et guident mes inspirations, aujourd’hui encore.

Nous vivons dans un monde en changement perpétuel, où chaque action a un impact qui peut être bon ou mauvais, et par conséquent nous amener à notre propre perte ou notre salut. Ayant cette optique de vie en tête j’ai donc décidé de commencer un potager en permaculture.

Etienne Bisch

Email: et.bisch@gmail.com